Pourquoi et comment valider ses acquis ?

La reconnaissance des acquis est essentielle dans la vie professionnelle réelle. Si vous êtes employé, vous en avez besoin pour votre expérience ; si vous êtes étudiant, elle est plus proche de votre diplôme.

Introduction au terme !

Tout d’abord, il est important de noter que la validation des acquis est apparue en 1985 et 1992 avec la VAP, qui a d’abord eu du mal à se répandre. Elle a été relancée et étendue en 2002 avec l’apparition de la VAE, qui s’est ajoutée à la première. De 2002 à 2015, le dispositif a permis de certifier près de 330 000 personnes, soit un peu plus de 25 000 par an (alors que l’objectif initial était de 60 000 par an).

Une protection contre d’éventuelles interruptions dans la vie professionnelle. La validation des acquis contribue à une meilleure reconnaissance sociale.

La validation des acquis de l’expérience : pourquoi ?

La validation des acquis peut constituer une aide à la réinsertion professionnelle ou au retour à l’emploi. Elle est la clé des professions réglementées. A ce titre, elle permet d’obtenir un diplôme, un certificat ou un titre professionnel, qui récompense les compétences acquises par l’expérience, qu’elle soit professionnelle ou personnelle (bénévole). 

Pour l’entreprise, la VAE présente des avantages considérables à savoir : elle sensibilise au rôle de la formation dans l’entreprise ; elle réduit le temps et les coûts de formation ; elle apporte à la société une certification par la reconnaissance des qualifications de son personnel ; elle fournit des outils d’adaptation des compétences et de gestion des ressources humaines.

Pour les individus et les salariés, la validation des acquis offre la possibilité de reconnaître formellement les compétences acquises par l’expérience professionnelle, personnelle et associative. Elle facilite l’accès aux diplômes lors d’une recherche scientifique ; elle permet un gain de temps et un investissement personnel et financier.

Les deux démarches ont pour point commun que les acquis doivent couvrir une période d’au moins trois ans.

Confirmation préalable de l’apprentissage : Comment s’y prendre ?

En tant que telle, la validation des acquis permet l’acquisition d’un diplôme, d’un certificat ou d’un titre professionnel, qui récompense les compétences acquises par l’expérience, qu’elle soit professionnelle ou personnelle (bénévole). Toute personne (salarié, fonctionnaire, etc.) peut demander une interruption temporaire à son employeur afin de préparer la confirmation de son expérience antérieure (validation des acquis) ou de passer les épreuves de validation. À cette fin, il est nécessaire de prouver une année d’expérience professionnelle (1607 heures) et de prendre en compte le certificat correspondant.

Formation courte en boulangerie : les points clés
Quels sont les diplômes accessibles en alternance ?